Les ports rhénans français comptent parmi les plus importants de France : ils ont vocation à contribuer au développement économique des territoires à l'échelle de l'agglomération, du département, de la région voire à l'international.

Ils ont l'ambition de devenir des plateformes multimodales de niveau européen en tirant le meilleur profit de leur position privilégiée sur le principal axe économique européen. Ils participent d'ailleurs activement au développement d'un réseau prioritaire de transports avec les autres ports allemands et suisses du Rhin supérieur.

Les ports rhénans français relèvent de statuts différents :

  • le Port Autonome de Strasbourg (PAS) est un établissement public ;
  • les Ports de Mulhouse-Rhin (PMR) regroupent trois outillages publics (Ottmarsheim, Ile Napoléon et Huningue) dont le concessionnaire est la CCI Sud Alsace Mulhouse ;
  • le Port rhénan de Colmar/Neuf-Brisach (PCNB) est une concession d’outillage public dont le concessionnaire est un établissement public détenu par les collectivités territoriales, la CCI Colmar Centre Alsace et le PAS.

Le Port Autonome de Strasbourg (PAS) et les Ports de Mulhouse-Rhin (PMR) sont respectivement les deuxième et troisième ports fluviaux français. En 2013, VNF, au travers de sa DT Strasbourg a finalisé le « schéma d’orientation portuaire de bassin » du Rhin.

A l’échelle de l’ensemble des ports rhénans français, le Schéma d’orientation portuaire du bassin du Rhin envisage une hausse de l’activité de transport de vrac, à l’horizon 2025, de 40 % environ.
Pour ce qui concerne le transport de conteneurs, il devrait croître d’un facteur 3,5.
A ce même horizon, l’étude estime le potentiel de trafic des ports rhénans français dans une fourchette comprise entre 20 et 25 millions de tonnes.

Cette étude, a permis de fédérer de nombreux partenaires locaux autour des enjeux logistiques du Rhin : l’Etat, les collectivités locales, chambres de commerces et d’industries, chargeurs, etc.

Cette démarche s’est prolongée en 2014 par l’organisation « d’assises des chargeurs » déclinées par « ateliers filières » (produits agricoles, matériaux de construction, chimie, conteneurs et bois-biomasse), dont l’objectif a consisté à faire participer les clients à la construction de la stratégie de développement du secteur.

Les contrats de concession du port de Colmar Neuf-Brisach et des Ports de Mulhouse-Rhin, arrivent à leur terme respectivement en 2017 et 2019.

Dans l'enjeu d'une meilleure intégration de ces plateformes portuaires dans les systèmes multimodaux de transports, VNF, en partenariat avec la Préfecture, le Conseil Régional et l'ensemble des acteurs institutionnels locaux, mène, depuis 2013, une réflexion sur l'avenir de ces ports.
Les collectivités locales ont aussi manifesté leur volonté de s'impliquer dans la gouvernance portuaire future, pour une meilleure compétitivité de leurs territoires.

Dans l’approche qui prévaut aujourd’hui sur la stratégie de ces ports, le Service Développement de VNF Strasbourg travaille, d’une part, à la déclinaison de la démarche de VNF en matière de structuration des nouveaux systèmes portuaires.

Ces dernières se caractérisent par un socle de trois éléments :

  • un fonctionnement en réseau, incluant l’ensemble des sites de logistiques fluviales (des ports publics aux « embranchements » privés) ;
  • une forte intensité capitalistique : investissements importants,
  • une interaction forte avec le territoire du fait :
    • de la desserte d’un bassin de consommation / de production ;
    • de l’impact sur l’emploi et l’implantation des entreprises ;
    • d’éventuels conflits d’usage résultants de la proximité des agglomérations.

Ainsi le Service Développement de VNF Strasbourg pilote la conception d’un nouveau dispositif innovant et flexible, reposant sur une organisation à étage permettant de combiner l’implication de plusieurs acteurs de différentes natures : État, Collectivités locales, CCI, VNF et secteur privé.

L’organisation passe dans un premier temps, par la création d’un Syndicat Mixte Ouvert (SMO) ayant vocation à se substituer au rôle actuel du concédant (VNF substitué à l’État).

Le deuxième étage consiste à créer une structure d’exploitation, par exemple une Société d’Économie Mixte à Opération Unique (SEMOP) qui permet de confier le développement et ou l’exploitation, de tout ou partie des ports, à une société associant la puissance publique et au moins un actionnaire opérateur économique (ce dernier étant sélectionné après mise en concurrence).

À propos

La Direction territoriale de VNF Strasbourg (DTS), établissement public administratif du Ministère de l'Environnement, de l’Énergie et de la Mer, est l’une des 7 directions de Voies navigables de France.

Une actualité

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13

Nous contacter

4 quai de Paris

CS 30367
67010 Strasbourg

03 67 07 92 15

03 88 24 21 24